Sélectionner une page

Cette semaine, la présidente de la région Occitanie, Mme Carole DELGA, a annoncé des économies de 21 millions d’euros et une augmentation contenue des dépenses de fonctionnement de 0,9%.

Pour arriver à ce chiffre extravagant la majorité ROSE-ROUGE-VERTE raisonne à « périmètre constant » faisant fi des derniers transferts de compétences de l’État vers les régions comme les transports scolaires ou ceux provenant de l’Europe, comme la gestion des fonds européens.

Pourtant le compte administratif 2017 montre que les dépenses de fonctionnement augmentent de 38% et que cette augmentation est due pour partie aux transferts de compétences et à l’intégration de la gestion des fonds européens dans les comptes de la région, mais aussi à l’accroissement de 33,4% du poste « Administration, élus, et assemblées » ainsi qu’à la création de 183 postes nets supplémentaires (hors transferts de compétences) sur les 417 créés depuis le printemps 2016.

Quand on sait que les dotations de l’État continueront à baisser dans les années à venir du fait de notre contribution à la réduction des déficits publics voulue par l’Union européenne (50 millions d’euros de recettes en moins pour notre région) et que l’encours de la dette va continuer à augmenter (plus 273 millions d’euros de dette sur les deux dernières années) on comprend que Mme DELGA ait refusé de signer la contractualisation avec l’État qui plafonne l’augmentation des dépenses de fonctionnement et la dette des régions.

Frédéric CABROLIER
Conseiller municipal et communautaire d’Albi
Conseiller régional d’Occitanie