Sélectionner une page

Récemment, dans la presse locale, un article alertait la population tarnaise sur le développement des déserts médicaux.

Avec 31% de la population âgée de plus de 65 ans le Tarn est l’un des départements les plus vieillissant d’Occitanie, et face à l’accroissement de sa population et donc des maladies dues à l’âge, la pénurie de médecin se fait ressentir davantage de jour en jour. L’ensemble de notre territoire est concerné, zones rurales comme urbaines, et Castres n’y échappe pas.

Nous en sommes les témoins : Prendre un rendez-vous chez un spécialiste relève du parcours du combattant et impose souvent une attente de plusieurs mois. Ce n’est pas mieux avec les généralistes, certains refusant de prendre de nouveaux patients. Mais voilà, depuis plus de 30 ans, malgré les alertes, rien n’a été fait. Les gouvernements successifs ont brillé par leur inefficacité et aujourd’hui nous sommes face à un véritable problème de santé publique.

Gouverner c’est prévoir ! Il y a déjà plusieurs décennies que le numerus clausus aurait dû être relevé car il est anormal que l’on empêche les jeunes Français d’étudier la médecine en France. L’afflux des médecins étrangers est inadmissible, voire criminel envers leur pays d’origine qui ont besoin de leurs compétences chez eux. Pour l’avenir de notre Pays, il est urgent d’augmenter le nombre d’étudiants Français en faculté de médecine, d’autant que nous n’en verrons les effets que dans dix ans.

Donnons les moyens d’étudier aux jeunes de chez nous, sans aucun doute, nombreux seront ceux qui reviendront exercer dans notre région.

Les élus du Rassemblement National « Castres Bleu Marine »
Jean-Paul PILOZ, Patrick SAÏS.