Sélectionner une page

Le Tarn attend 300 « mineurs étrangers » de plus que l’année dernière. Gaillac se voit imposé 50 « migrants majeurs » supplémentaires. Leur nombre a été multiplié par trois en un an. Le département et les associations sont débordées.

L’Assemblée des Départements de France révèle que le coût d’un « mineur étranger » est de 50 000 euros/an. Une somme qui fait défaut aux plus fragiles d’entre nous ; une somme qui pourrait aider les jeunes migrants à retourner auprès de leurs parents ; une somme qui pourrait aider au développement économique de leur pays d’origine.

Le maire de Castres écrit que « des efforts sont demandés à tous (…) aux collectivités locales qui sont sommées de réduire leurs dépenses et dont l’Etat a amputé sans pitié les budgets (…) Alors que la population française se paupérise chaque jour davantage, comment justifier que soient donnée priorité aux dépenses dont il est question ici ? ».

En effet, rien que pour 2018, la loi « Asile et immigration » prévoit 2 milliards d’euros (+ 300 millions) soit l’équivalent de l’augmentation de la CSG qui contribue à paupériser les retraités les plus modestes. L’AME c’est 924 millions (+ 13 %) pour financer 100 % des dépenses de santé des clandestins…

Les migrants sont hébergés gratuitement dans des hôtels alors qu’il y a 3,5 millions de mal-logés. 150 000 SDF dorment dans la rue, 3 000 d’entre eux y meurent dans l’indifférence générale…

Rien qu’en 2017, c’est 262.000 titres de séjour accordés (+ 14%) plus 100.000 demandes d’asile (+ 17 %) dont 96 % de déboutés jamais expulsés…

A Gaillac, comme partout en France, il faut en finir avec cette politique immigrationniste folle que nous impose l’UE. Comment ? En respectant un principe de bon sens : aider les autres quand les nôtres seront à l’abri du besoin !

Marie-Christine BOUTONNET
Rassemblement Bleu Marine Pour Gaillac
Députée française au Parlement européen