Sélectionner une page
Notre société est de plus en plus violente et Castres n’échappe pas à la règle. Les faits divers graves dont on parle trop peu et qui sont même parfois tus se succèdent et le sentiment d’insécurité ne cesse de progresser. Avec cette désagréable impression d’impunité pour les voyous.

Aujourd’hui, il est dangereux de faire son footing le dimanche matin : deux militaires pris à partie et roué de coups par un groupe de jeunes dans le quartier d’Aillot. Même s’ils ne portaient pas de tenue distinctive de l’armée française, qui peut croire un seul instant que les agresseurs ne savaient pas qu’il s’agissait de « paras du 8 ». Avec en prime, le caillassage de leur voiture par « ces chances pour la France ».

Une « chasse à l’enfant » que décrit la presse locale : rue Sœur Audenet, un SDF de 28 ans tente de violenter une jeune fille de 13 ans, la frappe, la menace avec son couteau, la poursuit, défonce la porte d’entrée de la maison où elle s’était réfugiée, menace la mère de famille avant d’être enfin arrêté par les forces de l’ordre. Pouvons-nous imaginer le traumatisme subi par cette jeune fille ?

Un jeune homme de 28 ans défenestré en plein centre-ville. Selon les premiers témoignages il aurait été séquestré et violenté. Deux tortionnaires présumés ont été interpellés par les policiers.

Ne parlons pas de la centaine de caravanes des gens du voyage installées illégalement au parc de Gourjade. Pour les Castrais c’est devenu une désagréable et ruineuse habitude.

C’est bien leur politique de bisounours qui a échoué, le « vivre ensemble » qu’ils ont promu est devenu le « subir ensemble ».

Les élus du Rassemblement National « Castres Bleu Marine »
Jean-Paul PILOZ – Patrick SAÏS