Sélectionner une page

Un Albigeois a été condamné à deux mois de prison ferme et 300 euros de dommages et intérêts pour l’agression en Mai 2017 de notre élue et collègue G. Ramadji qui a donc été reconnue comme victime.

Pourtant peu de lignes dans la presse pour rapporter ce jugement, et même un parti pris depuis le début de cette affaire puisqu’une certaine presse continue à utiliser le conditionnel malgré le jugement rendu. Des habitants du quartier de Lapanouse avaient même témoigné face caméra contre notre élue apportant leur soutien à un délinquant multirécidiviste.

Il faut noter que ce sont les caméras de vidéo-surveillance qui ont apporté la preuve de cette agression à l’heure où certains voudraient les réduire.

Il est anormal qu’un élu quel qu’il soit ne puisse accéder à certains endroits de notre ville sans se faire agresser verbalement ou physiquement et nous aurions aimé une condamnation de cette agression de la part de la classe politique locale notamment de la gauche toujours prompte à donner des leçons de solidarité.

Frédéric CABROLIER – Glawdys RAMADJI – Julien BACOU

Groupe Rassemblement National Albi Bleu Marine

Glawdys Ramadji

« Agression d’une élue FN à Albi : un jeune homme condamné à de la prison ferme »

Le tribunal correctionnel d’Albi a condamné l’agresseur présumé de Gladys Ramadji à 2 mois de prison ferme et 300 euros d’amende. L’élue FN avait porté plainte suite à une violente agression dans le quartier Lapanouse le 9 mai 2017. (...)

Le procureur avait requis 3 mois fermes. (…)

Le 9 mai 2017, Gladys Ramadji portait plainte au commissariat de police d’Albi à la suite d’une altercation avec deux habitants du quartier Lapanouse. (…)

Mais quelques jours plus tard, les agresseurs présumés avancent une toute autre version. (…)

Un témoin de l’altercation avait écrit à la rédaction de France 3 Tarn pour signaler  « nous sommes en mesure d’affirmer que les allégations proférées sont inexactes et incomplètes puisqu’elles ne décrivent par le comportement extrêmement agressif et violent de la victime auto proclamée ». (…)

SOURCE : FR3 Occitanie du 18 octobre 2018

Vidéo du 12 mai 2017 (FR3 Occitanie)