Sélectionner une page

Les 2 meurtres, en quelques mois, qui ont touché ALBI sont une première dans une ville qualifiée à tort de calme.

L’ensauvagement de ces voyous qui n’hésitent plus à s’affronter à coups de couteaux en plein jour, au milieu d’un vide-grenier ou d’une fête foraine, ne semble plus avoir de limites.

Ces meurtres entre bandes rivales s’ajoutent à des trafics de drogues dans de nombreux quartiers, dont 2 classés en Zone de Sécurité Prioritaire, et à une ville parmi les plus touchées par l’islamisme.

La responsabilité en incombe aux parents qui n’éduquent plus, à l’Etat qui ne protège plus faute de moyens policiers et de volonté politique, à la Justice qui ne condamne plus arguant de mauvaises lois, mais aussi aux politiciens locaux obnubilés par l’image UNESCO de la ville.

En 2016, en réponse à notre volonté de voir la Police Municipale armée, Mme le Maire avait ironisé sur la politique sécuritaire du Maire de Béziers.

En 2019, il est temps de prendre conscience de la montée de l’insécurité dans notre ville.

Frédéric CABROLIER
Conseiller municipal et communautaire d’Albi
Conseiller régional d’Occitanie