Sélectionner une page

Le Rassemblement National est classé par certains commentateurs politiques comme étant « d’extrême droite ». Il faut réfuter ce terme.

Il a pour objet de diaboliser le mouvement national en laissant penser qu’il pourrait être « extrémiste» ou le cantonner à être un parti marginal à la droite de la droite.

S’il on se réfère à l’histoire des idées politiques, ce terme « d’extrême droite » est impropre.

I. Le RN ne correspond pas à la typologie d’un parti d’extrême droite

Le terme « extrême droite » correspond à des mouvements qui présentent certaines caractéristiques spécifiques :

– L’antiparlementarisme : le RN comme le FN avant lui se présente aux élections depuis presque 50 ans. Il a toujours reconnu et respecté le résultat des élections y compris lorsque ceux-ci lui étaient très défavorables. Il n’a jamais perturbé en aucune manière le déroulement d‘une élection. Il n’a jamais contesté les résultats des élections hormis par des recours légaux ouverts à tous les citoyens.

– Le rejet des partis politiques : le RN n’a jamais exprimé la moindre critique sur l’existence des partis politiques. Au contraire, le RN en défend la légitimité et donc l’existence. Marine Le Pen ne manque pas une occasion d’invoquer l’article 4 de la Constitution pour voir leur rôle et leurs prérogatives garantis dans le cadre du débat démocratique. Récemment, elle a fait campagne pour obtenir la mise en œuvre de la « Banque de la démocratie » pour assurer à tous les moyens du pluralisme démocratique en faveur de tous les partis politiques.

– L’antirépublicanisme : le RN, non seulement n’affiche aucune critique de principe contre l’idée républicaine, mais se revendique fermement de la République. Il affirme régulièrement son attachement à la Constitution de 1958 et a fait siens des principes qui se sont imposés sous d’autres républiques (défense de la laïcité, rôle de l’école, attachement au principe d’assimilation…).
De fait, lorsque les intuitions ont pu être menacées, le RN n’a fait preuve d’aucune ambiguïté et s’est présenté sans la moindre hésitation aux côtés des défenseurs de la République.
En décembre 2018, avant les manifestations insurrectionnelles de Paris où la plus grandes inquiétude était de mise, Marine Le Pen a réaffirmé publiquement l’attachement du RN aux institutions républicaines dans ses déclarations qu’elle a appuyées d’une lettre ouverte (à l’inverse de La France Insoumise). Ces positions très fermes sur le respect des institutions républicaines, s’accompagnaient d’une condamnation sans équivoque de toute violence.

– Le recours à la violence : le RN, comme le FN avant lui, a toujours rejeté la violence comme moyen d’expression politique. Il condamne comme il l’a toujours fait le terrorisme d’où qu’il vienne et d’une manière plus générale toute initiative politique hors du champ institutionnel. Lorsque son nom a pu être associé à des actes de violence, c’est uniquement parce qu’il en était la victime.

– Le racisme : le RN est sur la question du racisme, sans ambiguïté. Il le condamne de la manière la plus dure. Il est favorable à la nation sur un modèle assimilationniste, exclusif donc de tout racisme. Sa dénonciation de l’immigration relève de l’analyse de la question des flux de populations qui ne prend aucunement en cause la question de la race. Toutes les solutions qu’il préconise dans le cadre de la maîtrise de l’immigration prennent en compte de manière absolue le respect de la dignité des personnes et de l’état de droit, notamment par le contrôle de l’autorité judiciaire.

II. Ni extrême ni même à proprement parler exclusivement de droite

Le RN n’est :

« Ni extrême » : ni dans ses méthode qui sont légales, ni dans ses propositions qui s’inscrivent dans le cadre de la loi et du débat démocratique ;

« Ni de droite » : compte tenu de ses positions en matière sociale, le reproche a même été fait à Marine Le Pen d’être « de gauche ». En réalité, le RN se définit en dehors du champ du clivage droite/gauche qui est supplanté par le clivage plus actuel nationaux/mondialistes.

« Extrême droite » signifierait par ailleurs, à la droite de la droite. Or entre LR et le RN il existe une différence de nature et non de degrés :

– LR est européiste, favorable à la dérégulation, aux grands groupes et aux marchés, favorable à la perte de souveraineté des pays … Le RN développe un projet qui s’appuie sur des bases philosophiques et politiques différentes, voire opposées, puisqu’il défend le principe de la nation, de l’état stratège et de la souveraineté nationale.

Philippe OLIVIER
Conseiller Spécial de Marine Le Pen