Sélectionner une page

Comme de nombreuses communes, Castres n’est pas en reste et a aussi son lot de déséquilibrés. Les faits sont là ! Rixe à la machette chez un barbier de la rue Fuziès qui finit sur les tables d’un restaurant voisin où des clients déjeunaient. Rasage de près assuré. Bagarre avenue de Roquecourbe, un homme mord son adversaire lui arrachant une grande partie du nez avec ses dents. On ne nous dit pas si comme dans la comptine « On lui a raccommodé, pirouette cacahuète, avec du joli fil doré ». Et la liste de ces actes barbares est longue…

Mais la palme, même si, hélas, nous en avons pris l’habitude, revient au camp de la Vivarié, à l’aire d’accueil des gens du voyage. Les pompiers appelés pour un feu de véhicule ont eu droit aux traditionnels jets de cailloux, aux habituelles insultes, aux diverses intimidations et même à une tentative d’agression physique. Les comportements insupportables de ses voyous sont pourtant devenus le lot quotidien de tous les services de l’Etat. Alors, comme tous les Castrais encore sains d’esprit, nous condamnons fermement ces actes inacceptables et sommes entièrement solidaires de nos amis pompiers.

Ces prétendus « déséquilibrés » souvent venus d’ailleurs ne méritent ni compassion ni empathie et face à ces actes violents fermeté et répression sont plus que nécessaires. Les bonnes âmes qui croient encore aux joies du vivre ensemble seront peut-être les prochaines victimes de leur propre utopie.

Jean-Paul PILOZ
Conseiller Régional d’Occitanie
Conseiller Municipal de Castres